claude+serpent.jpg

Rencontre d'un certain type

Hors des sentiers battus

Ecrit par une collègue proche de Claude, d'après ce qu'il lui a raconté.  Et de ce qu'elle a constaté par elle-même, plus tard.

19 décembre 1935.  Claude voit le jour à Bruxelles, auprès d’Élise Coeckelbergh, froebélienne, et de Jef Van der Wee, baryton verdien, professeur de tango, champion de Belgique des 800 m., participant aux olympiades en 20 et 24. 

Élise vient de perdre une petite fille, elle se remet mal, en fait elle est folle de douleur - et ce n'est pas une façon de parler.

Élise en veut une autre, une autre petite fille, la même.

Claude portera le prénom de la petite fille, ses vêtements, de longs cheveux avec pinces et rubans et « L'inaccessible étoile » de pouvoir jamais être elle.  Élise aime la petite fille, qu'il n'est pas, et un champion, qu'il est chargé de devenir.  Trouver sa place là-dedans va pimenter sa vie de splendides défis, et lui permettra, après quelques rebondissements, de devenir un des êtres les plus heureux que j'aie jamais croisés.  

 

 

 

 

 

 

Janvier 47.  Mort d’Élise.  De "première" de classe qu'il a été jusqu'alors, il devient, un certain temps,  le dernier .  Il se rase la tête.  En fait il continue d'obéir à Élise : il se distingue.

"Il se distingue" il l'a entendu toute sa vie, que ce soit pour sa consommation de tout ce qui peut bourrer - et qui n'a pas été recommandé par le Ministère de la Santé Publique - ou plus tard  en formations.

De 47 à 69, parcours chaotique.  Il se fait renvoyer de partout, enseignements catholiques, laïques, conservatoire de musique de Bruxelles. On en discute même à l'armée où, à Kassel en 53, étant MP, il aide les ploucs en cavale au lieu de les serrer.  De plus, il emmène la nuit des femmes dans la chambrée.  Ce qui, pour le coup - si je puis dire - n'a pas été recommandé par le Ministère de la Défense Nationale.  Il se serait fait virer de même de l'Université où, ressenti comme frappadingue par ses proches, il suit les cours du Professeur Ombredane "Les composantes psychiatriques de la personnalité". . .  Ombredane lui a diagnostiqué une mélancolie clinique.  Lui a demandé comment il faisait pour fonctionner.  Lui a conseillé des soins.

En 69, après une vigoureuse altercation –  il avait déjà été condamné pour coups et blessures - avec « des gendarmes mal inspirés », il est enfermé en désintox. Il se demande alors, attaché sur son lit d'hosto, bourré de laudanum because délirium, s'il va continuer à foutre la merde dans sa vie et dans celle de ses compagnes et dans celle de ses enfants. 

Ou non ?  Mais comment ?

Or, sa compagne d'alors, Yen  une bouquiniste connue et respectée dans le milieu, lui rend visite et lui tend des revues Yoga où Van Lysebeth propose un séminaire de trois ans pour devenir prof. 

A sa sortie de l'hôpital, il suit le séminaire, il rencontre des personnes qu'il n'imaginait pas exister. Au symposium de Yoga de Zinal, en1972, il fait la connaissance – déterminante – d'Arnaud Desjardins, de Taisen Deshimaru, de Nil Hahoutoff.

Il pratique tous les matins, comme les guerriers Aryens modélisés par les yogis, 40 Suryanamaskar (saluts au soleil) en 10 min., 3 h de méditation sur la tête comme dans les ashrams en Inde.  Les divers naulis jusqu'à transpiration et le tantrisme sexuel  Toujours comme en Inde.   Et, selon les directives de Nil Hahoutoff, un jeûne de 40 jours. (cfr. site).

Détail amusant : le médecin qui l'ausculte à son arrivée à l'Institut de Jeûne chez Mosséri, lui pose la même question que le Professeur Ombredane à l'Université : comment il fait pour fonctionner ?  En l'occurrence, avec ce qui lui reste de foie vu son passé - aujourd'hui  passé - d'alcoolique.

Il s'investit totalement dans le yoga.  Il vit yoga, rêve yoga, donne des cours de yoga.  Or parmi ses élèves, certaines sont porteuses de demandes auxquelles le yoga ne peut pas répondre.  Il les envoie chez des thérapeutes.  La plupart reviennent disant qu'elles n'ont pas eu la même écoute, sans jugement, que chez lui.  Et qu'il devrait se former à leur apporter des solutions.  Alors il fait ça.  Et comme il y a un ordre préférable à un autre, avant de s'occuper des casseroles des autres, il commence par réparer en thérapie un maximum possible des siennes. 

D'où rebirthing, PNL, Hypnose Ericksonnienne, Modèles PNL Estime de soi, Thérapie systémique brève, familiale, EMDR, EFT et autres outils.  Il se forme ensuite aux outils qui ont marché pour lui. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis il est consultant, il crée des synergies qu'on dit brillantes, il donne des cours en milieu médical, exerce dans divers cabinets qu'il partage avec de solides pointures.

On s'intervise, on se plante, on progresse.  On discute de la meilleure façon, pour les clients, de trouver des pépites dans la merde.

 

Nous croyons qu'il y a toujours des pépites dans la merde, à nous de les y chercher sans s'étouffer dedans.

 

Il vaut mieux, même si parfois dur- dur, être orpailleur que naufragé. Etre de sa vie l'orfèvre ingénieux plutôt que la victime abasourdie, confuse, éplorée et qui met sur le large dos de son enfance, d'un proche, des autres, de telles circonstances, tout ce qu'elle ne peut ou ne veut assumer de sa propre responsabilité.

Ce n'est pas ce qui nous arrive qui compte, c'est ce qu'on en fait.

Nous croyons que nous construisons, consciemment ou non, à chaque heure, notre état.  Et qu'il nous appartient d'en sortir .  Au lieu d'y rester plongé et d'y sangloter c'est la faute à ...c'est la faute de ...

Le mot puissant de Mandela : "Je ne perds jamais, soit je gagne, soit j'apprends".

Mais que va dire Élise : "Qu'est- ce que c'est que ce bazar ? Tu n'es pas une fille experte en tricot, tu n'es pas un champion acclamé par les foules".

« Merci Elise de m'avoir proposé ces difficultés.  Merci Yen  de m'avoir mis au défi de les résoudre.  Merci Rosella  de m'y avoir aidé.  Bref :  Merci la vie. »

Elise maman Claude.jpg
Joseph papa Claude.jpg
claude au bar.jpg
Stage Pierard (1).jpg
Nil Haoutoff (7).jpg
groupe Hypnose 1994-2.jpg
21768359_10213207478688802_3634258573014